Skip to content
Safe return to the office, pandemonium

Retour en toute sécurité – taux de ventilation accrus

La quantité d’air frais a un impact significatif sur le potentiel de contracter une infection. Il existe une multitude d’études pour le prouver et peu de moyens pour mettre tout cela en pratique.

En 2003 ( https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7134636/ ), le SARS a été reconnu comme une menace. Cela a été une fois de plus confirmé en 2005 ( https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15737151/ ). Une compréhension commune s’accorde sur le fait que l’absence de ventilation ou qu’une ventilation de piètre qualité a un impact majeur sur la propagation des virus à l’intérieur des espaces clos.

Cette voie a été examinée plus en détail et, après plusieurs années de modélisation et d’essais, en 2016, un autre résumé a suggéré que l’augmentation du taux de ventilation peut s’avérer tout aussi efficace pour stopper la propagation de la pandémie de grippe par des gouttelettes aéroportées, au même titre que le port de masques pour les patients, l’isolement et la vaccination. ( https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27351145/ )

Impact sur la conception du système de ventilation :

En principe, l’air frais est obligatoire pour que les personnes puissent respirer et se maintenir en vie à l’intérieur des espaces clos des bâtiments. Tout bâtiment doit alors pouvoir fournir une ventilation par voie naturelle ou mécanique. L’air extérieur, en particulier sa quantité par m2 ou par personne, a un impact direct sur la densité des contaminants atmosphériques et sur la période pendant laquelle les polluants seront éliminés par le système d’évacuation vers l’extérieur du bâtiment.

C’est pourquoi il est si important d’augmenter la quantité d’air frais extérieur, exempt d’agents pathogènes, afin de limiter le risque de contamination croisée.

Fournir un système de refroidissement utilisant uniquement de l’air extérieur est très coûteux en termes d’investissement (grandes unités de traitement de l’air, très grandes gaines, de nombreuses unités terminales pour fournir l’air) et aussi en termes de frais de fonctionnement pour l’électricité et de frais d’entretien pour le remplacement et la réparation des filtres en raison de la durée de fonctionnement prolongée et des unités de grande taille.

La ventilation basée sur la demande, qui peut limiter considérablement la demande conçue en air frais dans le projet, représente un bon compromis pour un système de refroidissement à air complet et à apport constant.

Il a été établi dans l’une des études qu’à l’intérieur d’un immeuble de bureaux, l’occupation varie généralement en moyenne de 50 % du total des espaces de travail disponibles qui sont loués. En d’autres termes, 50 % des bureaux sont vides.

Halton Vario contrôle l’occupation des espaces et ne fournit de l’air qu’aux locaux actuellement utilisés. Grâce aux unités terminales actives (diffuseurs et faisceaux), nous pouvons différencier en permanence la quantité d’air qui doit être fournie aux locaux du bâtiment.

Le système fonctionne sur 3 niveaux : pièce, zone, bâtiment. À chaque niveau, la quantité d’air est surveillée et optimisée pour répondre à l’apport d’air frais minimum et minimiser le coût de fonctionnement du système de ventilation.

Pendant la période de pandémie, nous pouvons organiser le système de manière à ce que Halton Vario, au lieu de limiter le coût de fonctionnement de la ventilation, puisse fournir l’intégralité de l’air disponible aux travailleurs présents sur les lieux. Cet air extérieur supplémentaire trompera encore plus les contaminants dans l’air respirable.

Le « rinçage nocturne » qui permettra de fournir et d’extraire de grandes quantités d’air sur une seule zone ou un seul étage constitue une autre caractéristique du fonctionnement lors d’une pandémie. Grâce à un contrôle à 3 niveaux que Halton Vario est en mesure d’utiliser, nous pouvons utiliser le plein potentiel de l’unité de traitement de l’air pour fournir de l’air à un espace très limité d’une zone particulière pendant que les autres zones sont fermées et en attente de la purge d’air selon le calendrier programmé.

Search